Facebook Suivez-moi sur Twitter  

Articles

Apprentissage monégasque

Newsletter 1erjuin 2011 par Romane Didier

Kevin Estre, pilote icsport

Porsche Mobil 1 Supercup 3ème manche, Grand Prix de Monaco, 28/29 mai 2011

 

Le Grand Prix de Monaco est un classique du calendrier de la Formule 1, il l’est tout autant pour la Porsche Mobil 1 Supercup. Pour ses débuts en Principauté, Kevin Estre s’est montré performant en qualification, avant de connaître un abandon précoce en course. 8ème sur la grille de départ, 7ème au premier tour, il se préparait à gagner une place de plus quand il s’est retrouvé coincé entre le rail et une autre voiture.

 

« Je n’ai pas fait le temps que j’aurais pu faire aux essais qualificatifs. » Un 8ème chrono peut être considéré comme satisfaisant quand on découvre un circuit aussi atypique que Monaco, mais Kevin regrettait de n’avoir pas exploité pleinement son potentiel. « J’ai aligné deux excellents temps dans les secteurs 1 et 2, mais dans le troisième, j’ai bloqué une roue à la Piscine. Ensuite, je n’ai pas amélioré suffisamment en raison du trafic. » Il faut dire que le plateau avait reçu le renfort de plusieurs pilotes « invités » et atteignait le chiffre respectable de 26 engagés. L’analyse des feuilles de temps démontrait que l’addition des trois meilleurs secteurs aurait pu valoir à Kevin une place dans le Top 3, voire une première ligne. De quoi, en effet, nourrir quelques regrets.

 

A Monaco, les dépassement sont réputés difficiles, mais on sait aussi qu’il peut se passer des choses… qu’on ne voit pas tous les week-ends sur tous les circuits ! En tout cas, prendre un bon départ ne peut pas nuire et le pilote icsport – Emblem Racing ne s’en est pas privé. Avant d’arriver à Sainte-Dévote, il a déjà débordé Sebastiaan Bleekemolen, parti une ligne devant lui. « A l’attaque du deuxième tour, j’étais 7ème derrière les deux pilotes de l’équipe Verva Racing team. Germaziak a failli se mettre dans le mur, alors son coéquipier Rosina a déboîté vers la droite dans la montée vers le Casino. J’étais sur une trajectoire normale, à gauche de la piste. Je pensais pouvoir passer Rosina mais il a braqué sur ma voiture et a arraché la valve de ma jante avant droite en me coinçant contre le rail. J’ai dû m’arrêter un peu plus loin, dans l’échappatoire de Mirabeau. »

 

Malgré la déception inhérente à tout abandon, Kevin gardera un bon souvenir de son séjour monégasque. « Le circuit est fantastique. Pendant les essais libres, j’ai dû rester 80% du temps en apnée, et je me suis surpris à être essoufflé quand je suis rentré au stand après seulement six tours. On a tendance à se crisper un peu quand on ne connaît pas la piste, et la chaleur qui règne dans le cockpit n’arrange rien. Il a vite fallu apprendre à gérer cet aspect pour progresser. »

 

Après quatre courses consécutives, quatre semaines vont s’écouler avant de retrouver la quatrième manche de la Porsche Mobil 1 Supercup… qui sera aussi le quatrième rendez-vous de la Porsche Matmut Carrera Cup ! La Porsche World Cup, organisée en lever de rideau des 24 Heures du Nürburgring, regroupera plus de 150 Porsche issues de la Supercup, mais aussi des « Cups » allemande, britannique, scandinave, italienne et… française. Kevin aura donc un double objectif le 25 juin sur cet impitoyable circuit de 25,378 kilomètres qui réunit la terrible Nordschleife et le circuit « Grand Prix » : poursuivre la domination qu’il exerce au niveau national et obtenir un bon résultat en Supercup. « Ce sera la grande inconnue. Comme je n’ai jamais couru sur la Nordschleiffe, je vais essayer de participer à une épreuve de la série VLN le 11 juin prochain. »