Facebook Suivez-moi sur Twitter  

Articles

Kévin Estre reste avec McLaren GT et fera débuter la 650S GT3 à Abou Dhabi

Newsletter Kévin Estre - 26 novembre 2014 par Romane Didier
Blancpain Endurance Series, 1000km du Nürburgring, 21 septembre
United SportsCar Championship, Petit Le Mans, Road Atlanta, 4 octobre
Blancpain Sprint Series, Baku World Challenge, 2 novembre


Au soir d’une saison bien remplie, McLaren GT a décidé de renouveler le contrat de pilote d’usine de Kévin Estre, tout en lui confiant une ultime mission pour 2014 : faire débuter sa nouvelle arme de la catégorie GT3, la 650S, aux 12 Heures d’Abou Dhabi, en compagnie de ses deux « collègues » Alvaro Parente et Rob Bell. En attendant de rejoindre Yas Marina, Kévin revient sur les dernières émotions sportives vécues du côté du Nürburgring, de Road Atlanta et de Bakou…



La fin de l’été et le début de l’automne n’ont pas permis à Kévin d’ajouter de nouveaux podiums à son total, qui atteint sept unités depuis début 2014. C’est loin du record personnel de notre Lyonnais d’origine (21 en 2013 !), mais les statistiques ne sont pas tout. Certaines performances ont généré des satisfactions aussi intenses qu’une victoire. Ce fut le cas de ce tour record sur la Nordschleife, synonyme de pole position pour la McLaren Dörr Motorsport aux 24 Heures du Nürburgring. De même, la pole établie par Kévin sur le grand circuit de la Sarthe lors de la Porsche Le Mans Cup et sa domination en course ont montré le niveau de valeur ajoutée qu’il est en mesure d’apporter à un team dans l’optique de la plus célèbre des épreuves de longue haleine… Même si la crevaison qui l’a éliminé dans le dernier tour alors qu’il menait la danse restera une grande déception.

Blancpain Endurance Series : 1000 kilomètres de péripéties au Nürburgring

La série d’endurance européenne réservée aux GT3 a connu son épilogue au Nürburgring, sur le circuit « Grand Prix ». « J’ai été désigné pour qualifier la McLaren ART Grand Prix mais au moment de la séance finale, la pluie était là » indique Kévin. « C’est donc le chrono de Kévin Korjus qui nous a valu la 5ème place de grille. Dès le premier tour, sous une pluie battante, j’ai effectué plusieurs dépassements pour me hisser en 2ème position. J’ai pris l’avantage après 20 minutes de course. Ça a été très chaud avec Christopher Mies qui m’a obligé à mettre deux roues dans l’herbe. J’ai fini le relais en tête, puis mes équipiers Kevin Korjus et Andy Soucek ont enchaîné deux double relais, toujours dans le Top 5. »

A deux heures de la fin, Andy est remonté à la 3ème place. Puis il passe dans un bac et crève un pneu. « On a alors décidé de prendre un risque pour jouer le podium. Je suis reparti en slicks sur une piste encore grasse. Hélas j’ai fait un tête à queue qui nous a coûté une minute, mais après, j’ai repris 40 secondes au leader. Nous étions vraiment rapides, j’ai fait le 2ème meilleur temps en course, le podium était jouable mais on a dû se contenter de la 5ème place au général et de la 4ème en Pro Cup. On a forcément un petit goût d’inachevé mais je pense que l’équipe a réussi un très beau parcours dans cette série très difficile et relevée. »



Petit Le Mans, grande désillusion

Toujours associé à Patrick Lindsey au volant de la Porsche Park Place Motorsports #73, mais avec le renfort de Norbert Siedler et de Mike Skeen pour cette course de 10 heures, Kévin a participé à son premier Petit Le Mans. « J’ai fait le 3ème temps de la catégorie GTD en qualification, à 2 dixièmes de la pole. Nous étions donc dans le coup, mais Norbert qui avait pris la tête après 30 minutes a crevé et s’est retrouvé dans le bac. On a perdu trois tours, et un de plus quand Patrick a crevé à son tour. On a cravaché pour revenir à moins de trois tours des leaders mais c’est l’alternateur qui nous a causé des soucis en début de nuit. On a vu le drapeau à damier, très loin hélas de notre potentiel et de nos objectifs. »

Bakou, l’anniversaire

Ses performances et ses dépassements dans les rues de la capitale de l’Azerbaïdjan avaient impressionné le petit monde du GT il y a douze mois. Kévin se réjouissait donc d’y revenir avec une autre McLaren, engagée par Boutsen Ginion, et le même équipier en la personne du Britannique Rob Bell. « Malheureusement, nous avons eu pas mal d’ennuis pendant tout le week-end. Le problème de moteur qui nous a relégués au 18ème rang en qualification a été résolu par les techniciens. On a donc pu faire une remontée fantastique en course qualificative : nous étions P6 au moment d’abandonner à cause de la boite. Dommage, on pouvait finir 4ème. Dimanche, nous sommes repartis du fond de grille pour la course principale et j’étais 8ème quand la suspension a lâché. »

Le prochain rendez-vous aura pour cadre le circuit de Yas Marina à Abou Dhabi, au volant de la nouvelle McLaren 650S GT3. Les « Gulf 12 Hours » s’élanceront le samedi 13 décembre à 9h00, heure locale !